CONTACTEZ LES OIES SAUVAGES

Utilisez le formulaire ci-contre pour nous envoyer vos mots d'amour, vos suggestions et vos questions si la FAQ n'a pas su vous renseigner.

Notre équipe fera son maximum pour vous répondre dans les plus brefs délais!

Bisous bisous

Demande de rendez vous
Demande de rendez vous


Paris, IDF, 75017
France

06 60 77 38 59

Les Oies Sauvages proposent une sélection colorée, qualitative et originale d'objets de décoration et d'accessoires de mode artisanaux rapportés de voyage. Nous vendons une multitude de coussins aux motifs ethniques, des tapis colorés boucharouette et kilim des couvertures en laine vierge, une petite sélection de linge de table et de bain, ainsi qu'une palette d'accessoires de mode, maroquinerie, bijoux....

Carnets de voyages

Praesent commodo cursus magna, vel scelerisque nisl consectetur et. Curabitur blandit tempus porttitor. Fusce dapibus, tellus ac cursus commodo, tortor mauris condimentum nibh, ut fermentum massa justo sit amet risus. Cras mattis consectetur purus sit amet fermentum. Cras mattis consectetur purus sit amet fermentum.

TANGER

Marie Cargill

Après un petit marathon des familles pour déposer notre baby et touuuutes ses affaires chez ses grands parents, nous quittons Paris pour plusieurs premières fois : sans enfant & au nord du Maroc. Je rêvais depuis longtemps de visiter Tanger mais le boulot était un peu concentré ailleurs et le temps me manquait. Qu'a cela ne tienne l'idée étant de mixer le buisness et le pleasure :-)

Nous arrivons donc de nuit après un incontournable retard de vol dans une "pension de famille" de très bon goût que je vous recommande vivement : Mimi Calpe, en plein quartier Espagnol. 

On file se coucher sans y voir très clair (il est 2h30 du matin). Au réveil, déluge de bougainvilliers, tortues, vieilles pierres, maison coloniale, zelliges, azulejos, moulures, miroirs, salon Haussmanien, tissus berberes et italiens.... et une grande et belle piscine noyée dans la végétation - sur une terrasse on aperçoit la mer.  

 

On s'y sent très très bien, il y a même un gros chat collant comme le nôtre. Difficile de s'arracher aux lieux pour s'élancer à la découverte de la ville mais après quelques négociations avec nous même et une poignée de brasses, nous décidons qu'il est temps.

Nous partons en balade vers le lieu dit "Grand Socco" en passant par un petit marché en escaliers qui grouille d'énormes tas figues vertes à te faire renier ta vie parisienne en 2 secondes, achetons une brosse à dent dure avec laquelle je pourrais probablement décoller les joints de mon carrelage à la rentrée, et allons prendre un petit thé à la menthe au CINÉRIF ou une retrospective Meryl Streep est en cours. Lieux chargés d'histoires, repaires de jeunes un peu branchés et d'intellos, bon wifi, bon café, couleurs vives et DA qui pète. Vue sur un des centres névralgiques de la ville. On traverse la place et atterrissons au paradis du panier... Devant la mine de l'époux, je ré-évalue les priorités et nous commençons à chercher un restaurant.

IMG_0659.jpg

(Petite parenthèse critique, nous avions acheté un Michelin vert, pour ses explications complètes ET théoriquement ses bons choix de restos.... TOUS FERMÉS. Un guide totalement obsolète malgré une partie historique toujours intéressante. Ce qui nous a permis de découvrir Tanger en long en large et travers, l'estomac gargouillant d'une porte close à une autre. )

Contrairement aux autres villes Marocaines les stands de brochettes ne pullulent pas. 

Nous nous rendons chez Saveur de Poisson, un petit "bouiboui" recommandé par un peu tous, ou un menu unique à base de poisson donc, et d'accompagnements locaux, est servi. Très bon, TRÈS TRÈS copieux pour un déjeuner d'été(Et je suis du genre à commander un dessert ET du fromage après une blanquette.), même si ils tentent de vous noyer sous des litres de jus maison diurétique pour éviter de servir l'eau minérale comprise dans le prix du repas. 

GuopPf4wFpFHgIg0aVloHgeq-seafood-fish-restaurant-tangier.jpg

Les rues montent et descendent, les architectures se succèdent révélant un passé complexe et des influences si variées qu'on a du mal à savoir ou on est. Pas beaucoup de Maroc à Tanger à première vue. Je me sentais quelque part entre Palerme, Marseille et Lisbonne, 3 de mes villes préférées ! Et la Méditerranée partout, à chaque détour, dans chaque coup de vent, scintillante... On voudrait vivre là. Jusqu'à ce que nos pas nous mènent par le sublime bord de mer dans la médina (Qui ressemblait quand même beaucoup à Ostuni dans les Pouilles) et à Dar Nour , une maison d'hôte que je voulais voir.

Après un délicieux Mojito sur la terrasse qui embrasse la ville et la mer, nous partons explorer les lieux habités d'objets bien choisis, de tapis aux riches couleurs et des petits coins qui donnent envie de passer les vacances d'hiver blottis là avec une pile de bouquins. Par chance nous croisons Philippe un des propriétaires qui partage avec nous quelques adresses et nous propose super gentiment de l'appeler si on a besoin de quoi que ce soit. Je garde Mimi Calpe pour l'été, mais la prochaine fois, nous irons là bas. 

IMG_0753.JPG

Retour chez Mimi pour une micro sieste, quelques brasses et on se replonge dans la ville à la recherche du resto qui voudra bien nous accueillir. Après 4 portes fermées, il est 22h30, j'ai les pieds en charpie et l'oeil mauvais, je finis par demander  à une jeune fille si à tout hasard elle ne connait pas un endroit ou dîner "de n'importe quoi mais bon". Nous montons sur ses conseils dans un petit taxi qui nous débarque devant l'ambassade d'Italie... que nous contournons dans un silence de mort pour tomber sur un garde barrière qui nous dit que les restaurant "c'est par là". Au bout du chemin un parking plein de Jaguars, une grande maison blanche à colonnades ou d'immenses tablées Tangéroises et expat dinent dans une ambiance digne du Parrain. Le service est mauvais, la bouffe correcte et l'addition salée mais c'est calme, c'est ouvert et ils ont de la Casablanca. 

Le lendemain matin je file revoir les tisserands croisés la veille pour faire mes commandes. Ça faisait longtemps que je n'avait pas croisé d'aussi jolies choses, des finitions aussi soignées le tout dans un endroit aussi joli. Les artisans sont adorables. Je repars avec des échantillons pour la matériauthèque que je construit en ce moment, des serviettes de bain en coton ajourées, des couvres lits en bouclette blanche et tissés d'indigo, des ceintures berbères nouées à la main pour un projet de sac, des écharpes en laine bouclette toutes douces. Et des projets sur mesure que je trépigne de vous montrer. J'ai décidé d'arrêter les achats uniques pour me concentrer sur les collaborations au long cours avec des artisans. 

Pendant mes achats l'homme est allé récupérer la voiture, il me retrouve en bas de l'immeuble, on charge et la voiture et on repars à l'aventure vers Asilah, puis, Mounir.